« France 5 : L'histoire de l'Afrique en quatre épisodes | Accueil | L'application Iphone de la Revue française de Généalogie est arrivée ! »

08 octobre 2010

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83534858069e20134880e00b1970c

Voici les sites qui parlent de Diplôme de généalogie à Nîmes : les inscriptions sont ouvertes ! :

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Certains internautes profitant de cet espace d'expression pour publier des attaques personnelles, nous avons préféré fermer les commentaires de cette note.

Bonjour,

J'estime avoir fait mon devoir de prévenir, ceux qui voudraient se lancer comme professionnel (je dis bien professionnel).

Non seulement l'état civil est mis en ligne, mais aussi les autres archives le sont progressivement (cela dépend des départements).

Les universités dispensent un enseignement c'est sûr, mais pratiquent-elles une sélection en fonction du marché de l'emploi ?

En tout cas, il y a encore pas très longtemps, non !

Un exemple dans un autre domaine :

Dans le train, je rencontrai une fille bien sous tous les rapports, comme on dit.

Diplômé de psychologie (master 2), pour gagner sa vie et n'ayant pas trouvé dans sa branche, elle animait des stages pour retrouver des points de conduite !!!

Je terminerai par un dicton de la sagesse de nos ancêtres : qui vivra verra.

J. Blanc
http://jerome.blanc3.perso.sfr.fr

"que des gens se plantent en essayant d'être des entrepreneurs n'est pas grave". Ne nous méprenons pas. Certes, cela peut être grave financièrement, voire catastrophique suivant le statut que vous avez choisi.

Mais, on a le droit de faire des erreurs. Et en ce sens, ce n'est pas grave. Ce n'est qu'une entreprise qui plante, pas votre vie complète.

Si vous lisez mon blog, vous verrez qu'à un moment je prends l'exemple de la poule et du bacon. Une poule ne meurt pas pour pondre un oeuf. Et vous pouvez manger plusieurs oeufs de la même poule. Si vous voulez manger du bacon, il vous faut tuer un porc. N'investissez pas tout dans votre entreprise. Vivez avec une poule. Ayez d'autres centres d'intérêts dans lesquels, si cela plante, vous pourrez récupérer de la confiance et grâce auxquels vous pourrez repartir.

Soyons très clair aussi : je me fous complètement du discours en vogue. Et je suis absolument contre le statut d'auto-entrepreneur. Être entrepreneur ou professionnel libéral, cela s'apprend. Cela nécessite de se former, d'être accompagné quand besoin est, de savoir où on met les pieds. On peut être un excellent technicien mais un très mauvais gestionnaire. Nous ne sommes pas dans le domaine du salariat.

Un auto-entrepreneur, s'il s'installe pour des compléments de revenu, je crie au fou. Un entrepreneur n'a pas la même mentalité qu'un salarié. Et je ne crois pas que l'on puisse être les deux. Pour moi, c'est antinomique.

Je préfère quelqu'un qui teste plusieurs années son activité par le biais d'une couveuse ou assimilé avant de s'installer que quelqu'un qui s'installe sans étude de marché.

Quant au commentaire de mon confrère, il m'a effectivement mis en fureur. Pour moi, c'est un commentaire inpensable dans la bouche d'un professionnel. Si vous avez une autre solution pour la signifier par écrit, je prends.

"que des gens se plantent en essayant d'être des entrepreneurs n'est pas grave" : si si, ça peut être grave : on peut y perdre pas mal d'argent, de la confiance en soi, un statut social, et d'autres choses encore (pour information, je ne suis pas personnellement concerné).
mais bon, votre discours est très en vogue chez ceux qui nous dirigent et qui envoient des gens "se planter" avec le statut d'auto entrepreneur par exemple (mais comme c'est pas grave, hein...)

Quant à la "furie des internautes", on peut pas en douter quand on voit l'avalanche de majuscules ou de points d'exclamation dans certains messages ; très drôle.

Bonjour Jérôme,

Quelle part représente l'Etat-civil et les registres paroissiaux dans les fonds d'un service d'archives départementales ? Quelques %, tout au plus.
Et pourtant, Dieu sait si d'autres trésors susceptibles d'apporter des éclairages sur la vie de nos ancêtres y sont conservés.
C'est là que se situe votre métier à présent. Effectivement, je suppose que le nombre de prestations se résumant à un simple arbre a dû déjà sérieusement diminuer. A vous, généalogistes professionnels, de proposer autre chose, sinon, effectivement, vous disparaîtrez.

Merci de nous décourager!!!
vous croyez vraiment la mise en ligne des archives peut tuer le métier de généalogiste???? Comme dit plus haut, le libre-accès à toutes les archives existera à la saint-glinglin!!! Ne croyez-vous pas que certaines personnes ont très très intêret à protéger leurs racines des furies des internautes???

STOP A LA SINISTROSE !!!! STOP !!!

La profession de généalogiste n'est que ce que nous sommes en capacité d'en faire. Et rien d'autre !

Futur chômeur ? Cela m'étonnerait ! En tant que profession libérale, nous ne cotisons pas pour le chômage que je sache. Ensuite, que des gens se plantent en essayant d'être des entrepreneurs n'est pas grave. Ont-ils vraiment cette fibre-là ? Ou ont-ils eu besoin de cette expérience pour se rendre compte qu'en fait, ils étaient meilleurs en restant salariés ?

Il faut aller chercher le client, il ne viendra pas tout seul. Donc plutôt que de se plaindre de la mise en ligne, posons nous les bonnes questions : COMMENT JE VAIS CHERCHER MON CLIENT ? COMMENT JE LE FIDELISE ? QU'EST-CE QUE JE SUIS EN CAPACITE DE LUI PROPOSER ? COMMENT JE ME DIFFERENCIE ? QUELLE EST MA PLUS VALUE PAR RAPPORT AUX ARCHIVES EN LIGNE ?

Arrêtons de nous plaindre ! CELA NE SERT A RIEN ! La mise en ligne des archives ? Lesquelles d'abord ? Avant que ne soient en ligne toutes les archives de France, de l'eau sera passée sous les ponts ! Et la profession existera toujours.

La mise en ligne aurait sinistré les généalogistes professionnels ?

Totalement impossible, un généalogiste professionnel apporte une expertise, une histoire, une méthodologie, une recherche (fonds non numérisés, tabellions...) et une lecture (latin, paléographie), pas une collection de dates et de lieux.

Au contraire de sinistrer, les AD en ligne doivent aider les généalogistes professionnels à "dégrossir" le travail pour ensuite s'intéresser aux détails des individus.

ps/ je suis généalogiste amateur (je précise)

Bonsoir aux lecteurs de GeneInfos,
La motivation première des étudiants inscrits dans ce cursus universitaire n'est pas forcément l'obtention d'un diplôme leur permettant d'exercer une activité de généalogiste professionnel.
Si vous voulez en savoir plus sur les raisons de leur choix, vous pouvez regarder leurs interviews à l'adresse http://www.heredis.com/genealogie/reportages/sur-les-bancs-de-lecole/sur-les-bancs-de-lecole-2.html. Nous les suivons depuis plusieurs mois et nous avons mis en ligne vendredi 8 octobre le montage des vidéos enregistrées.
Vous pouvez aussi voir le reportage concernant les enseignants et les buts poursuivis par les initiateurs de cette formation, paru en septembre, à l'adresse suivante : http://www.heredis.com/genealogie/reportages/sur-les-bancs-de-lecole.html.
Cordialement

Cher confrère,

Ne partageant pas votre point de vue,je vous propose de lire le mien:
http://gargal66.unblog.fr/2010/07/14/les-archives-de-lisere-bientot-en-ligne/

Bonne continuation.

Bonjour à tous les internautes,

A ceux qui seraient tentés par cette formation et qui veulent devenir professionnel, il faut qu'ils sachent que la profession est sinistrée à cause de la mise en ligne des archives :

http://jerome.blanc3.perso.sfr.fr/Dotclear/index.php?2010/07/25/29-les-archives-en-ligne-un-tres-mauvais-calcul


Donc si vous ne voulez pas devenir un futur chômeur, je vous déconseille de la faire !

J. Blanc
http://jerome.blanc3.perso.sfr.fr

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

La carte de l'état civil en ligne



  • D'un clic, accédez aux archives départementales et communales en ligne...

L'info en continu sur RFGenealogie.com

Revue Française de Généalogie

Registres matricules en ligne


  • D'un clic sur notre carte de France, accédez aux registres matricules militaires de vos ancêtres